Compte rendu à l’issue de la visite à Châteauneuf du Pape, rédigé par Jacqueline Giraud Eyraud, Sommelière Conseil. (8 octobre 2018)

Cette journée réunit une quarantaine de membres de l’UDSF section Sud de France (Languedoc et Vaucluse) autour d’une conférence donnée par Georges Truc l’ oeno-géologue de Visan dont la réputation est aujourd’hui internationale .

Cette conférence fut suivie d’une longue dégustation de 40 cuvées de terroirs choisies par G Truc et dont il nous fallait définir le goût !

Nous étions réunis dans la toute nouvelle résidence des Vignerons de Châteauneuf du Pape , très belle Maison de Maitre entièrement rénovée et dotée d’équipements à la pointe de la technologie viti-vinicole.

L’exposé de Georges Truc père est accompagné de diapositives diffusées par Ghislain Truc fils aux manettes du projecteur.

Toutes ces photos vont nous permettre de mieux reconnaître les différents sols et l’infini des roches géologiques.

« Je suis un casseur de cailloux qui creuse le temps » nous dit Georges pour se définir !

il poursuit en nous amenant de nombreux éléments de géologie qui conditionnent le goût des vins ;

Roches éruptives (roches refroidies issues des laves volcaniques)

Le granit à deux micas de Château Grillet et le mélange granit feldspath de Tournon , les schistes ,micaschistes à Ampuis Côte Brune , l’enclave de feldspath du lieu dit les Varognes à Crozes-Hermitage

Toutes ces roches éruptives issues du feu des volcans vont donner à ces vignes, la trame minérale et colorée de leurs grains de raisin

Roches calcaires ( roches issues des sédiments organiques du fond des océans et laissés à découvert quand les eaux se retirent )

Les roches calcaires vont favoriser la vigne par leur fracturation, leur fragmentation ,indispensable à l’implantation des pieds de vigne.

Calcaire à silex urgonien du Mont Ventoux /Calcaires et marnes des Dentelles de Montmirail/ Safres (grès à ciment calcaire ) de Châteauneuf du Pape/Lœss sur micaschistes de la Côte Rôtie/

Pour constituer un terroir ,le sol doit se transformer , se dégrader, s’altérer . Partout c’est l’eau qui va aider à cette transformation .

Ainsi de Vienne à St Péray , de Lyon à Valence, le Rhône colle au Massif Central , les fractures des cours d’eau s‘élargissent, se font plus profondes . Ainsi les roches des Côtes du Rhône Nord sont majoritairement constituées de granites avec quelques calcaires sédimentaires ici et là. La fracturation et l’altération par l’eau va permettre la formation d’argiles (issues du granite altéré) . Les fractures deviennent sableuses et permettent aux racines de s’enfoncer et de trouver la roche mère et son goût de terroir inimitable !

Avec la décomposition, le granit, très dur à l’origine, se décompose au bout de millions d’années de promenades de ci de là en sable argileux grossier. Et ce terroir est adoré par la Syrah. La Syrah : reine des Côtes du Rhône nord qui sont les Piémonts des Monts de l’Auvergne, grande capitale de Vulcania !!

Au cœur du lieu dit La Chapelle Hermitage le plant est dans une arène de granit décomposé (le mot savant de ce type de lieu est :« le Gore »). Là, les racines plongent dans la roche mère du granit fissuré .

La nature du paysage viticole est d’être altéré, érodé, fêlé, pour nous restituer dans les raisins et au final dans le vin le goût du terroir, de celui là et pas d’un autre !

Qu’en est-il des terroirs de Châteauneuf du Pape ?

Le massif castel-neuvois est recouvert par les safres du tertiaire et les cailloux /galets roulés du quaternaire .

Tout le nord ouest de Châteauneuf est sur des sables. Ces sables sont issus des grès (granites) qui se sont décomposés au fil des millénaires en safres puis en sables .

Les safres rouges colorés par l’oxyde de fer représentent le premier terroir en terme de finesse : Rayas/ Font du Loup /La Solitude.

La Terrasse Villafranchienne est le nom géologique de l’ensemble sud/nord ouest de CH du Pape . Elle s’est constituée à la fin de l’ère tertiaire sous la poussée des massifs alpins, eux mêmes poussés par la plaque africaine. Ces montagnes se dressent de plus en plus haut .Il en résulte des masses énormes d’éboulis qui seront charriés par le Rhône –là encore pendant des millénaires–jusqu’à la mer . Mais à Châteauneuf à la fin de l’ère précédente, au Secondaire, des buttes de calcaire très durs s’étaient installées. Et, comme dans un jeu de baby foot, elles ont empêché les galets roulés de disparaitre dans le charroi et les ont coincé sur place pour le plus grand bonheur des futurs amateurs de grenache !!

On notera que ces dépôts calcaires ont été nommés « Urgonien » dans le jargon géologique parce que c’est à Orgon, commune située près de Cavaillon qu’ils ont été étudiés et donc baptisés du lieu de la découverte comme c’est l’usage .

Ces mêmes calcaires constituent les Dentelles de Montmirail et les zones viticoles profitent de leurs éboulis .

2 Commentaires

  1. Cet article rédigé par Jacqueline est vraiment intéressant, merci Jacqueline 😉

  2. très belle dégustation conférence sur les interactions terroir/vins

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

douze + 7 =