LUNDIVIN DU 9 DECEMBRE au Bistrot de la Tour

Dégustation « Diversité en champagne » – décembre 2019

Liminaire : dégustation de sept champagnes, ayant privilégié la diversité et donc la rareté.

La dégustation s’effectuera anonymisée, mais non strictement à l’aveugle.

Sur proposition de Philippe Nusswitz, maître sommelier et président UDSF Languedoc-Roussillon & Vallée du Rhône Sud.

*** 1er champagne ***

RUELLE PERTOIS, Tradition.

Cuvée classique, assemblage des trois cépages (pinot noir, pinot meunier et chardonnay).

Plutôt dans les blancs, à Epernay. Proximité des 3 cépages, avec une dominante blanc.

Dosage un peu élevé ici.

Robe dorée légère, note de fruits blancs, pêche.

2nd nez non ouvert.

Par la suite, après plusieurs minutes à l’aération, notes généreuses de brioche que l’on avait pas initialement (et qui vient du chardonay)

Champagne un peu dosé, qui révèle une diversité dans la minorité. On le sait bien car il faut plaire à la plus large palette.

 

Pour information :

Les vins de réserve rentrent beaucoup plus dans les assemblages.

Afin de se différencier, certaines maisons sortent des vins assemblés grands millésimés, mais sans mention de l’année spécifique de millésime. Ex : Krug qui a été le premier a initié le mouvement (multivintage), Laurent Perrier (grand siècle), Veuve Cliquot (100 % vins de réserve).

Vieux vins avec uniquement que des grands millésimes.

 

 *** 2ème champagne ***

FRANCIS ORBAN, Brut Réserve – Vieilles vignes.

Il s’agit d’un monocépage, pinot meunier 100 %. C’est un grand classique de la Marne. Le meunier aime les terres argileuses, vins plus fruités et vineux, plus faciles à boire.

Dosage à 8,8 grammes assez correct. 50% de vins de réserve de meunier, 50 % vins à l’année donc une recherche de complexité par le vieillissement.

Acidité assez basse, bulle crémeuse, côté fruits rouges en bouche.

Plus d’amertume et de chaleur que le 1er champagne. Notes grillées, fruits secs. Saveur en bouche avec de la richesse.

A titre de rappel technique lors de la dégustation :

– la finesse des bulles ne doit pas être un critère d’évaluation en lui-même. Trop de facteurs rentrent en comptent pour s’attacher au seul visuel des bulles. C’est l’impression gustative des bulles qui doit prédominer avant tout.

– Le dosage des bruts correspond à une valeur entre 7 et 12g. Les extra-bruts, entre 0 et 6 g.

 

*** 3e champagne ***

RUELLE PERTOIS, Réserve Premier Cru – Blanc de blancs.

Belle robe, jaune citronnée. Notes beurre frais dès le 1er nez, toastées.

Font partie des notes classiques du Chardonnay, 100 %. Pur blanc de blanc.

Beaucoup de fruité en fin de bouche, dans l’exotique, agrume citron très frais.

Dosage 8 à 9 g. Mariage intelligent de la famille Ruelle avec le village Pertois, à 80 % avec du Cramant et quelques vignes autour.

En présence de blancs vifs mais accessibles. Bons très jeunes avec une acidité et un équilibre différents.

Pour simple remarque :

La plupart des grands crus appartiennent aux grandes maisons. Il est rare qu’elles mettent en avant la mention grand cru car, à part quelques grandes cuvées (exemple, Mum récemment), veulent garder en flexibilité.

Les petits domaines qui ont la chance de posséder un grand cru, eux, l’écrivent.

Commentaire à valeur ajoutée du restaurateur : en commercialisation, le blanc de blanc c’est important. Très apprécié par la clientèle non avertie pour les champagnes, c’est une référence pour eux. Le cépage ‘‘donne envie’’ et de grandes maisons, de type Ruinart, vont en ce sens.

 

*** 4e champagne ***

CUVEE DES LYS, Philippe FONTAINE. Millésime 2015.

100 % Pinot blanc, au Sud de Troyes. Une quarantaine d’arrhes.

Rareté du cépage.

Robe plus pâle en couleur.

Nez discret, avec un caractère de réduction de type « goût de lumière ». Note choux : a t’il pris un peu la lumière ?… (Bouteille stockée en rayon).

Moins prononcé en bouche, plus crayeux. En bouche groseille, pas de beurré ni toasté.

Matière un peu structurée, mâche longue. Une certaine longueur en bouche mais pas d’élégance. Plate sur la finale, pomme verte.

C’est peut-être cette raison qui fait qu’on a plus ce type de cépage en Champagne.

Clairement atypique.

 

*** 5e champagne ***

DUVAL-LEROY, Extra-brut. Millésime 2010.

 Très élégant aux nez, fin. Notes d’agrumes, de confit.

On monte en complexité. Belle maison qui a du choix, des approvisionnements différents ; ce, pour trouver et sélectionner des vins dans des beaux crus et faire une belle cuvée.

Extra Brut, blanc de blanc. Dégorgé en juillet 2018.

Pour rappel technique : le dégorgement permet d’apporter cette complexité. Vin resté sur les lies, tranquillement dans les caves, nourrissant le champagne.

Ce millésime a gardé du mordant. Le temps de garde laisse à penser à encore plus de potentiel, même après dégorgement.

Très belle acidité favorable, citron vert en fin de bouche. Des épices, notes florales un peu miel.

De l’avis de tous, un grand champagne.

Il s’avère très intéressant de mettre la référence de l’année de dégorgement, mais cela possède un prix : nécessité d’étiquettes imprimées spécifiquement pour l’année.

 Pour mémoire : 2010 est une année de référence, beau millésime en champagne.

Ici, sur 5 crus spécifiques Duval-LeRoy, 4800 bouteilles sans collage et en extra-brut.

2e cuvée signée des Meilleurs Ouvriers de France (MOF) Sommeliers. La capsule donne le ton.

Proposition de service par le maître de séance : service avec un 1er verre assorti. Puis,  carafage pour enlever quelques bulles et développer les arômes.

Second service en moindre fraicheur à table pur avoir la masse du vin. Afin de profiter et permettre d’autres appréciations.

Champagne à deux étapes différentes.

Grand classique avec les Saint-Jacques.

 

*** 6e champagne ***

PHILIPPONNAT, Extra brut – Blanc de Noirs. Millésime 2012.

Robe un peu plus teintée.

Nez beaucoup moins exubérant, moins dans la fraicheur. Très jolis fruits rouge en bouche, plus massif. Champagne de puissance.

Beaucoup de longueur. Beaucoup de matière, presque spiritueux en fin de bouche.

Millésime 2012 assez souple. Dégorgement janvier 2019.

40 000 bouteilles. Assemblage de première presse 100 %, 1ers et grands crus 100 %.

Beau champagne extra-brut : original – quelle belle matière ! – de la rondeur. Pas d’amertume, des tanins avec énormément de petits fruits rouges en bouche très sympathiques. Côté très  confituré.

A servir un verre sur un plat. C’est plus un vin de champagne, qu’un champagne dit classique.

 

*** 7e et dernier champagne ***

ASPASIE, Cépages d’Antan – Brut.

 

Explosif en bouche, Tactile. Un peu d’oxydatif ménagé.

Attaque vive, sèche. Eclatant. Belle acidité, très jolie minéralité en bouche qui glisse sur le silex.

Agrumes fruits verts, fin de bouche pomme blette. Très belle complexité.

Vin déroutant, gagne à l’ouverture.

Champagne à carafer absolument, aux fins d’en saisir tous les sens…

 

Pour mémoire sommelière : il s’agit du champagne dégusté le 2e jour anniversaire des 50 ans de l’UDSF, à Reims.

 

Encépagement : 20 % pinot blanc, 40 % petit meslier, 40 % l’Arbanne.

Pour repère, hors triptyque (pinot noir, meunier et chardonnay), les autres cépages correspondent à seulement 0,5 % d’encépagement en champagne.

Ce qui intéresse dans ces cépages oubliés, c’est une certaine personnalité de champagne qui peut être travaillée de manière pertinente pour la dégustation.

Vin d’un millésime unique, mais n’est malheureusement mis sur aucune étiquette ou fiche technique.

 

La dégustation se conclut, avec une meilleure vision de la Champagne dite « particulière » et appréciée de tous.

La proposition était de retrouver la lignée du voyage en Champagne UDSF. Objectif plus qu’atteint, l’assemblée présente ayant pu profiter de ce privilège en cette belle fin d’année 2019.

 

Remerciements à Julien Nusswitz, pour son accueil professionnel et non moins chaleureux,

Restaurateur Bistrot de la Tour – à SAUVE (30610). https://www.lebistrotdelatour.fr

Compte-rendu sur 4 pages.

Photos annexées en sus.

A titre de simple référence tarifaire TTC, sous conditions particulières (et hors frais de port) :

  • 1er champagne : 13,50 €
  • 2e champagne : 21 €
  • 3e champagne : 16 €
  • 4e champagne : 35 €
  • 5e champagne : 50 €
  • 6e champagne : 55 €
  • 7e champagne : 65 €

 

Dégustation « Diversité en champagne » – décembre 2019

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

un × 3 =